La diaspora congolaise appelle-t-elle à voter Marine Le Pen ? - CrossCheck

Prudence

La diaspora congolaise appelle-t-elle à voter Marine Le Pen ?

Cette campagne réservera des surprises à mon avis: même les minorités refusent d’obéir aux dictât imposé !” La vidéo postée avec ce message sur le compte Facebook On aime la France a en effet de quoi étonner: un homme hurle dans un mégaphone à une foule de Français originaires de République démocratique congolaise “Nous allons voter” et ils lui répondent clairement “Le Pen“, après avoir hué Nicolas Sarkozy ou François Hollande. Mais la vidéo montre une manifestation qui a eu lieu le 21 janvier 2012 et l’homme au mégaphone assure aujourd’hui qu’il s’agissait uniquement de “faire de la provocation“.

Ce rassemblement a eu lieu à Paris un mois après un scrutin remporté fin 2011 par le président congolais Joseph Kabila et très contesté par le leader de l’opposition, Etienne Tshisekedi.
C’était un peu comme marche intergénérationnelle: il y avait énormément d’enfants, et bien que l’élection présidentielle en France avait lieu en mai, cette manifestation n’avait au départ rien à voir avec la politique“, a précisé l’une des organisatrices de la manifestation, Youyou Muntu Musi, porte-parole du collectif “RD Congo France”, à un journaliste des Observateurs de France 24, rédaction partenaire de CrossCheck. De nombreux enfants apparaissent en effet au début d’une autre vidéo de ce rassemblement (après environ 2:35).
L’homme haranguant la foule avec son mégaphone s’appelle Francis Mondombo. A l’époque, il était membre des “Résistants des Combattants du Kongo”, un groupe opposé à Joseph Kabila.
Lorsque j’ai crié ça dans le mégaphone, c’était pour faire de la provocation, assure-t-il aujourd’hui au journaliste des Observateurs. C’était un avertissement, pour critiquer le fait que les partis traditionnels ne voulaient pas prendre position par rapport à la Francafrique et ce qu’il se passait en RD Congo [la réélection de Joseph Kabila, NDLR]. C’est comme si j’avais dit « Si vous nous respectez pas, on va voter pour les extrêmes».
A l’époque, ça m’avait été reproché par des amis qui m’avaient dit que je faisais le jeu du FN. Mais c’était juste pour faire passer un message. D’ailleurs, je n’avais pas voté FN à l’époque. Avec du recul, lorsque je vois aujourd’hui comment cette vidéo tourne de nouveau, je regrette d’avoir dit ça”, ajoute-t-il.