Jean-Luc Mélenchon accusé d'avoir fait l'apologie du FN en 1991 - CrossCheck

Faux

Mal rapporté

Jean-Luc Mélenchon accusé d’avoir fait l’apologie du FN en 1991

Jean-Luc Mélenchon, pourfendeur du Front national, est accusé à tort d’avoir fait l’apologie du FN par le passé, à partir d’une photocopie incomplète d’une interview au Quotidien de Paris datée du 25 décembre 1991. “Le seul parti qui réhabilite la politique, c’est le Front national“, titrait le journal, mais la citation est tronquée et n’a rien d’un éloge du parti de Marine Le Pen, contrairement à ce qu’affirment des commentaires du post de la page Facebook “On aime la France”, partagé 15.000 fois en moins de 24 heures.

 

Dans cette interview, introuvable dans sa version originale sur Internet, Jean-Luc Mélenchon, qui était membre du Parti socialiste en 1991, fustigeait surtout l’absence de proposition du PS alors au pouvoir. “Le PS a abandonné la politique. Je vais vous dire quelque chose d’affreux : aujourd’hui, le parti qui réhabilite la politique, c’est le Front national“, dit-il selon un extrait de cet entretien publié le lendemain (26 décembre 1991) par Le Monde.

Interrogé en 2011 sur Direct 8 par Valérie Trierweiler, Jean-Luc Mélenchon rappelle d’abord “avoir beaucoup lutté pour faire interdire le Front national”.

Il précise ensuite le sens de ses propos de 1991: “Ça voulait dire que les militants et les dirigeants du Front national croient que la politique peut changer le cours des événements et je le crois aussi. Et puis il y d’autres gens qui croient que non, que de toute façon il n’y a qu’une seule possibilité, qu’un seul ordre du monde possible», dit-il autour de la 15e minute de cette vidéo.

Marine Le Pen a également présenté cette interview de 1991 à Jean-Luc Mélenchon sur France 3 le 2 juin 2012 (11e minute de la vidéo), alors qu’ils s’affrontaient pour la députation à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). “Cet article, vous ne l’avez pas trouvé toute seule“, lui a répondu Jean-Luc Mélenchon, avant de réitérer les explications fournies à Valérie Trierweiler quelques mois plus tôt.