Fiché S, suprémaciste blanc : rumeurs sur le tireur de Grasse - CrossCheck

Faux

Fabriqué

Fiché S, suprémaciste blanc : rumeurs sur le tireur de Grasse

Une fusillade a éclaté jeudi 16 mars dans un lycée à Grasse (Alpes-Maritimes). Dans les heures suivant les faits, plusieurs fausses informations se sont propagées concernant l’identité du tireur.

Quatre personnes ont été blessées par des plombs, dont le proviseur. Un élève du lycée, âgé de 16 ans, a été rapidement interpellé en possession d’armes. Plusieurs fausses informations ont circulé sur son identité.

Un premier tweet a été rapidement partagé. Produit du compte @Actu17, qui traite de l’actualité “de la police, de la sécurité et du terrorisme”, il semblait présenter l’assaillant comme fiché S, et père d’un enfant nommé “Djihad”.

Pourtant, ce tweet est daté du 11 mars, et fait en réalité référence à un autre fait divers à Grasse. Un Afghan de 30 ans avait proféré des menaces de mort à l’encontre de magistrats, et écopé d’un an de prison ferme. Le tweet, replacé hors contexte, a créé une confusion entre les deux événements. Une source policière, contactée par L’Express, affirme par ailleurs que “le lycéen interpellé n’est pas connu des services antiterroristes ou pour des liens avec la mouvance djihadiste.”

Le tireur a également été rapidement présenté comme musulman, dans de nombreux tweets.

Ces affirmations ne reposaient sur aucune preuve, étant donné que l’identité de l’assaillant n’avait pas encore été rendue publique à l’heure où ils ont été postés.

Enfin, Sam Hyde a plusieurs fois été désigné comme le principal suspect dans la fusillade. Il a été dans plusieurs tweets décrit comme un “suprémaciste blanc”.

Sam Hyde est en réalité un mème, un piège dans lequel les utilisateurs des réseaux sociaux tombent après chaque attentat. Le nom de ce comédien de 31 ans est en effet évoqué après chaque fusillade. Il est à chaque fois décrit différemment, tour à tour néo-nazi ou islamiste. Il a notamment été présenté comme le principal suspect des attentats de Paris, en novembre 2015.